• Photographie prise le 16 janvier 2014.

     

    Shining²


    6 commentaires
  • Histoire et Art,... Dans ma tête ça sonne comme un oxymore. Ça résonne, échos criards, et ça tord mes méninges qui crient d'intolérance.

     

    L'Histoire, cette science si terre à terre, basée sur des faits réels et qui laisse si peu place à l'imagination, associée à l'Art : un esprit volage, abstrait. Une façon de penser. Une maladie peut-être même. Non contagieuse. Parfois héréditaire. On peut la déceler dès le plus jeune âge mais aucun remède n'existe à ce jour. Les symptômes ? Une incapacité à stopper ses divagations et une créativité décuplée. Méandres de la conscience. Alors on pourrait exploser d'un trop-plein. Pour éviter une mort cérébrale certaine, une seule solution : il faut laisser sortir cet Art, le laisser vivre, agir à votre place. Gardez en tête que ce n'est pas vous qui possédez la fibre artistique, mais bien elle qui vous utilise pour parvenir à ses fins. Pour exister. L'Art prend le contrôle de vos membres et de vos émotions, transperce le moindre fragment de peau pour s'échapper et, une fois sa mission achevée, se blottit à nouveau en vous jusqu'à la prochaine. Vous n'êtes qu'une coquille, l'Art est votre bernard-l'hermite. Et la coquille, sans son crustacé, ne devient qu'un squelette sans âme. Futile. L'Homme a toujours été à la quête du contrôle mais l'Art lui échappe ; il ne peut pas l'enfermer dans ses mains, capturer son odeur ou sentir son souffle. L'Art se promène, se laisse bercer par la brise, et choisit ses esclaves.

     

    L'Art ne peut pas avoir d'histoire. Les courants artistiques en ont. Mais l'Art est tel un amant, libre comme l'air. Il peut arriver au moment le moins opportun et repartir le lendemain. Personne ne l'a inventé et le meilleur des dictionnaires ne saurait le décrire avec exactitude. Personne ne l'a aperçu ni deviné, pourtant il est là, lové dans le cortex insulaire de quelques individus chanceux. Il a dû naître directement du Chaos, à partir de rien. Plus puissant que tout l'Olympe réunit, il n'a cessé de régner depuis.

     

    Indestructible. Immortel. Et surtout, insaisissable.


    2 commentaires
  • Le début du texte provient du poème "Clown" de Henri Michaux.

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Un dessin, avant et après colorisation sur Gimp.

     

         


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires